Le Cotentin m'a accueilli pendant trois jours. J'y suis partie faire un road-trip avec ma voiture devenue subitement tout terrain car je ne vous raconte pas les endroits où j'ai pu me retrouver.

Le Cotentin m'attire depuis un certains temps déjà. Le côté littoral préservé et sauvage, raisonne comme un appel pour moi qui aime tant les beaux paysages. A plus forte raison, lorsque ceux-ci sont un minimum préservés.

Le voyage n'a duré que trois jours et pourtant j'ai l'impression d'en avoir vu plus qu'en dix ans ... 


Mon circuit dans le Cotentin :

Jour 1 :


Les cabanes de Gouville-sur-Mer :


Passionnée de photos, j'y ai passé un peu de temps, sautant de dunes en dunes. L'endroit à un charme fou. Les cabanes offrent de multiples attraits à qui aime s'amuser à créer des images. Les multiples couleurs des toitures et les alignements sont autant de points de vue que l'on aime à exploiter. 



Pour la petite histoire, les premières cabines ont fait leur apparition avant la première guerre mondiale mais beaucoup ont été détruites lors de la seconde. Elles seront donc reconstruites à la fin de la guerre et se développeront jusqu'à la mise en place de la "loi du littoral". On ne peut donc plus ni en construire, ni en prendre possession car elles se transmettent de génération en génération. Il en existe environ 70 pour le plus grand bonheur des photographes, peintres, cinéastes, ... et familles qui aiment à venir dès les beaux jours !

Le sublime château fort de Pirou :

Un château du XIIe s parfaitement restauré grâce à l'impulsion d'un homme : L'abbé Marcel Lelégard. 

D'abord construit en bois, puis en pierre au XIIe s, il fut transformé au XVIIe s. Situé à l'origine entre deux havres aujourd'hui asséchés, il permettait la surveillance de la côte ouest de la Manche.


Il est le siège d'une des légendes les plus anciennes du Cotentin : la légende des oies de Pirou. Le château aurait été assiégé par des Normands. Les seigneurs allèrent demander de l'aide à l'enchanteur du village qui les transforma en oies grâce à un grimoire. Lorsqu'un an plus tard, la famille seigneuriale revint. Le grimoire avait brûlé et ils ne purent retrouver forme humaine mais c'est ce qui expliquerait pourquoi chaque année en mars les oies reviennent.


Port Bail :

Un charmant village de pêcheurs qui possède un patrimoine religieux conséquent, un château et des vestiges de l'époque gallo-romaine sans compter les légendes qui entourent le lieu. Ce qui m'intéressait, pour ma part, c'était ce fameux ponts au 13 arches qui disparaît presque lorsque la marée est haute et donne à ceux qui le traversent l'impression de marcher sur l'eau. 


Il semblerait que les habitants de Port-Bail est également un visiteur de marque : un veau de mer qui vient parfois s'étendre sur la plage. Je ne l'ai pas vu mais ai trouvé à défaut de belles épaves abandonnées ...

Barneville-Carteret :

Une grande surprise m'y attendait. J'en connaissais surtout les cabines blanches et bleues du XIXe s lorsque le tourisme et la mode des bains de mer vit le jour mais je n'avais pas envisagé la magnifique portion qu'offre le sentier du cap Carteret. Il est encore plus éblouissant que celui qui s'étend à côté de Carolles. En fait, plus vous montez le long de la côte sur la route du cap plus les paysages vous laisse nt sans voix et je pèse mes mots. 


Bref, la ballade que vous pouvez débuter à partir du sémaphore ne dure qu'une heure et vaut le déplacement. Elle vous permet d'apercevoir des îles anglo-normandes, des ruines, une falaises sublimes et au loin les dunes d'Hatainville dans lesquelles vous pouvez vous perdre. 


La maison du biscuit :

Cette institution qui attire des milliers de touristes chaque année est une ode à la gourmandise. Je pensais que ce n'était qu'un piège à touristes avec sa superbe façade instagramable à souhait mais c'est une locale qui m'a convaincue d'y faire un tour. Elle même n'hésitant pas à faire le déplacement pour aller acheter des biscuits qu'elle adore. 


En sortant de la voiture et en sentant cette délicieuse odeur il ne vous restera plus qu'à rendre les armes. Vous saurez que l'antre des délices vous a conquis.

Jour 2 :

Probablement mon plus beau jour de road trip. Une évasion totale et entière à l'autre bout du monde. Un parfum de paradis, un apaisement, une évasion, un coup de cour pour la Hague !

J'ai donc traversé la campagne pour rejoindre ce coin de paradis et là ça a commencé très fort : 2 minutes après être sortie de mon airnb je suis tombée sur un château hallucinant. Les nombreuse surprises de ce types ont jalonné mon parcours jusqu'à mon premier point de chute.

Les dunes de Biville :

Pas moins de deux locaux rencontrés sur ma route m'auront convaincu d'y aller. Je ne comprenais pas pourquoi et en quoi des dunes pouvaient être aussi surprenantes... Heureusement que je ne suis pas trop bornée.  C'est juste à vivre tant les émotions, quand on arrive dans ce type d'endroit, sont grandes. On n'a plus l'impression d'être en France, un paysage du Moyen Orient s'étale devant vous avec des odeurs miraculeuses. Pas une âme à l'horizon, le monde vous appartient et vous fait sentir tout petit face à ce grandiose panorama.


Vauville :

Mon objectif était de visiter le jardin de Vauville. Mal renseignée, je suis passée à côté car le jardin n'ouvre que l'après-midi. A défaut j'ai pu admirer le paysage déjà impressionnant avec ses airs d'Irlande, voir une maison surprenante entourée d'une haute muraille l'enserrant, un des nombreux blockhaus rappelant l'histoire du lieu, apercevoir les créneaux du château se détachant et goûter à la paix du lieu surtout, admirer l'anse de Vauville depuis la plage.


Le village de Vauville fait parti des sites classé et la mare de Vauville et sa réserve sont à voir également.


Le  nez de Jobourg :


Pour être tout à fait franche quand je le voyais en photo je ne le trouvais pas exceptionnel. Oui, mais ça c'est en photo ! Vous vous retrouvez juste sur une des plus hautes falaises d'Europe et sur un sentier où le vent souffle et vous oblige à vous courbez à certains moments. 

Les falaises sont juste impressionnantes de beauté et la dangerosité ne gâche en rien la beauté du site au contraire c'est comme si il fallait la mériter. Les multiples fleurs sauvages qui parsèment les falaises rajoutent à l’esthétisme du lieu. Un superbe endroit.

La Baie d'Ecalgrain :

Elle offre un panorama grandiose qu'il faut savourer sans commune mesure.

Le phare de Goury :

Lieu battu par les vents, longé par la Raz Blanchard, un des plus fort courant du monde qui doit son nom à la blancheur des vagues coupées par des courants venus des hauts fonds marins.


Le lieu est sublime avec ses petits murets qui lui donne un côté irlandais. La navigation difficile du lieu  permis la naissance d'une station de sauvetage nécessaire en ce lieu où les naufrages restent fréquents malgré la présence du phare.


Port Racine :

Connu pour être le plus petit port de France, il est situé à Saint-Germain-des-Vaux.

Il doit son nom à un corsaire : François Médard-Racine qui fit construire une jetée en dur pour se protéger du mauvais temps mais aussi éviter de se faire repérer. De là, il observer les bateaux traversant et lançait sa goélette, l'embuscade sur les navires traversant son périmètre.


Aujourd'hui, Port Racine abrite de modestes barques qui font le bonheur des plaisanciers et des badauds. 

Omonville et la maison de Jacques Prévert :

Un petit village du bout du monde, aux airs de paradis. Des maisons en pierres, des jardins paysagés, un ruisseau qui s'écoule et que l'on peut entendre sans être dérangé par le bruit des voitures. Un merveilleux écrin pour un  grand poète dont j'ai compris pourquoi il était venu se perdre si loin, dans ce bout du monde car comment résister au paradis quand on le trouve ?


Ce fut un moment émouvant que ce voyage sur les traces de Jacques Prévert. Sa maison et surtout l’atelier si paisible et si calme accueille le visiteur avec bonheur. On s'y poserait volontiers pour quelques années. 

Jour 3 :

Jour du départ. Retour et détour par les plages du débarquements, haut lieu du tourisme de guerre. Nous ne sommes donc plus dans le Cotentin mais dans le Calvados mais il serait dommage de ne pas en profiter pour visiter ces lieux de mémoire.

Omaha Beach :


La plage de Saint-Laurent-sur-mer m'a accueilli en premier lieu. Elle borde Omaha Beach, haut lieu du débarquement, la sanglante comme on l'appelle souvent.



A l'approche de cette plage ce sont les drapeaux américains que l'on voit voler au vent, j'ai pu y assister à la levée du drapeau et contempler le monument "Les Braves" sculpture d'Annie-Laure Banon.


Le cimetière américain :

Arrivée dans ce lieu, c'est comme arriver en territoire étranger. Le cimetière américain attire un nombre incroyable d'américains venus commémorer leurs aïeuls et le débarquement. Je suis restée 

Impressionnée par le nombre de croix alignées représentant autant de soldats morts pour que nous puissions vivre dans un pays libres.

Impressionnée par cette plage que l'on aperçoit  où tant de soldats on laissé la vie. 

Impressionné par la ferveur des visiteurs traversant les allées, foulards, médaillons et drapeaux brandis.

Impressionné par le visage de cet homme silencieux et très âge qui restait immobile à fixer la plage. Un lieu marquant !